4e atelier PLATEM : le travail sur les corpus.

Évènements
Date: 6 décembre 2018 14:00

Lieu: MSH Sud, Site Saint-Charles 2 (arrêt de tram ligne 1 "place Albert Ier") Salle 009 "Actes"

Ce quatrième atelier interdisciplinaire s'intéressera au travail sur les corpus.

Avec Nicolas Mariot (CNRS-CESSP Paris) et Laurent Bonelli (Paris Nanterre-ISP).
 
Présentation : François Buton (CNRS-Triangle et PLATEM).
Discussion : Sylvain Bertschy (CRISES-UPV)

Comment travailler des corpus de textes, correspondances intimes ou dossiers administratifs, pris dans leur totalité (celle d’une cote d’archives) ou selon des procédures d’échantillonnage ? La séance permettra d’aborder de nombreuses questions, sur la réalité décrite dans les sources, sur la mise en série des données, ou sur les outils pour les traiter ou encore sur la manière de mettre en récit.

Nous avons choisi d’inviter des chercheurs qui, dans leurs travaux récents, nous paraissent avoir particulièrement bien « tenu » ce travail d’exploitation intensive et réflexive d’un corpus qui fonde l’essentiel (mais pas la totalité) de leur terrain empirique.

Sociologue et historien, Nicolas Mariot, dans Histoire d’un sacrifice, Robert, Alice et la guerre, (Seuil, 2017), s’intéresse à la « radicalisation intime » du sociologue Robert Hertz mobilisé comme soldat en août 1914, en exploitant particulièrement la « forêt de mots » qui fait la correspondance de Hertz avec son épouse Alice (et plus largement son premier cercle familial). L’ouvrage se conclut sur un chapitre intitulé « Les dessous du récit » particulièrement stimulant pour réfléchir aux manières d’user des correspondances.
 
Politistes, Laurent Bonelli et Fabien Carrié ont publié La fabrique de la radicalité, Une sociologie des jeunes djihadistes français (Seuil, 2018), dans lequel ils s’appuient en grande partie sur les dossiers de la Protection judiciaire la jeunesse (PJJ) de 133 mineurs poursuivis pour des affaires de terrorisme ou signalés pour « radicalisation » afin de mettre en évidence à la fois une diversité des types de radicalités mais aussi les logiques sociales (et pour partie institutionnelles) de production de la radicalité. L’ouvrage comprend un premier chapitre spécifiquement dédié à la présentation des sources de l’enquête.

Vous espérant nombreux !

 
Direction scientifique : François Buton, Emmanuelle Cheyns, Julien Mary, Antoine Bourlier.

 

Email
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.