mshsud sociohydrose

Le monde de la gestion des eaux est dominé par la recherche d’efficacité et de précision dans l’évaluation et l’allocation de la « ressource » au sein des « hydrosystèmes ». Les savoirs hydrologiques y occupent une place prépondérante. Or, ce type d’approche échoue à prendre en compte les logiques d’action en présence et les différentes formes de savoir qui les sous- tendent. Les problèmes d’accès à l’eau et les conflits semblent alors insolubles. Les chercheurs réunis par le programme SocioHydr’OSé font l’hypothèse qu’un changement dans les régimes de production du savoir hydrologique est nécessaire pour prendre en compte la complexité des relations eaux/sociétés. SocioHydr’OSé propose d’explorer une production interdisciplinaire des savoirs sur l’eau en associant les sciences humaines aux sciences hydrologiques et en mettant le terrain au cœur de la démarche de recherche.

Nous focaliserons nos regards sur le fleuve Sénégal, ressource centrale pour le Sénégal et la Mauritanie qu’il traverse, et qui, à ce titre, fait l’objet depuis plusieurs siècles d’une production intense de savoirs. Trois terrains des hydrologues du projet sont englobés dans le « méta-terrain » SocioHydr’OSé. Cela permettra de réfléchir collectivement dans trois directions complémentaires :

  • Comment les savoirs « scientifiques » s’articulent-ils avec les modalités de gestion des eaux autour du fleuve ?
  • Quels sont les autres savoirs sur l’eau (savoirs locaux, savoirs opérationnels, savoirs des sciences humaines) en présence ?
  • Comment associer savoirs « scientifiques » et « autres savoirs » pour renouveler la conception des rapports qui se nouent entre sociétés et eaux ?

Au terme de cette phase de recherche soutenue par la MSH-Sud, le programme SocioHydr’OSé aura identifié collectivement une problématique de recherche interdisciplinaire et solidement ancrée dans les réalités du terrain qui fera l’objet d’un programme de plus large ampleur centré sur le dialogue science/société.