mshsud DGJ

Devenir gilet jaune

En Bref

Lancé en novembre 2018 et encore actif, le « mouvement des gilets jaunes » est un mouvement social d’une ampleur considérable. Pour en rendre compte, le projet Devenir Gilet Jaune (DGJ) prend appui sur les enquêtes quantitative et ethnographique menées dès le début du mouvement en novembre 2018 par E. Reungoat, ainsi que sur la recherche par entretiens biographiques entamée avec F. Buton en mai 2019. Sur cette base, le projet DGJ entend faire émerger un collectif de recherche pluridisciplinaire autour de la MSH SUD, mais aussi nouer des collaborations inter-MSH et tisser des liens entre chercheurs et acteurs de la société civile.

En savoir plus

Le projet DGJ réunit une équipe pluridisciplinaire autour de deux paris scientifiques :
  • Le premier consiste à partir de l’hétérogénéité du mouvement pour se placer à l’échelle individuelle en produisant des récits de vie des individus devenus gilets jaunes. Il s’agit de rendre compte en finesse à la fois des conditions de possibilité, des modalités d’entrée mais aussi de maintien (ou non) dans le mouvement. Il s’agit également de comprendre comment l’entrée en protestation peut impacter les mobilisés à court ou à long terme. Comment les individus deviennent-ils gilets jaunes et que leur fait ce devenir ? L’équipe du projet DGJ privilégie un groupe très représenté à l’origine du mouvement, les « novices en politique » ou primo-manifestants.
  • Le deuxième pari du projet DGJ réside dans son ambition de proposer, à partir des cas individuels, une autre intelligibilité du mouvement lui-même : saisir par le bas de l’approche biographique et des logiques de la mobilisation, comment des individus « ordinaires », sans expérience politique préalable, deviennent les acteurs d’un mouvement politique « extraordinaire » et lui donnent forme.
Enfin l’équipe attache une importance particulière au rôle des chercheurs dans la société. Le projet DGJ vise ainsi la production d’archives filmées de témoignages de celles et ceux des gilets jaunes qui auront donné leur accord. Il entend aussi rendre possible à terme la restitution de ses résultats dans des formes et espaces destinés au grand public.

Composition de l'équipe

Porteurs du projet :

  • Emmanuelle REUNGOAT (UMR 5112 CEPEL, Univ. de Montpellier) – Sciences politiques
  • François BUTON (Triangle - ENS Lyon, CNRS) – Sciences politiques

Participants :

  • 4 participants académiques : les deux porteurs du projet ainsi que deux autres chercheurs et enseignants chercheurs (1 ART-Dev UPVM et 1 CERCCLE-UPVM)
  • 1 non académique : Bibliothèque Bavarde (association)