CEPS

mshsud CEPS 2

Plateforme universitaire collaborative dédiée au développement de la recherche interdisciplinaire sur les interventions non médicamenteuses (INM)


Les enjeux


Tai-Chi, yogas, Qi Gong, programmes de marche nordique, thérapies manuelles, soins thermaux, compléments alimentaires, mycothérapies, régimes, préparations phytothérapeutiques, psychothérapies, programmes de médiation, ateliers d’art thérapie, musicothérapies, méthodes psychocorporelles, méthodes d’éducation thérapeutique, applications santé, programmes thérapeutiques de réalité virtuelle, objets connectés santé, serious game… Les interventions non médicamenteuses (INM) sont devenues des solutions incontournables pour prévenir des maladies, pour se soigner, pour éviter des hospitalisations non programmées, pour améliorer la qualité de vie et pour augmenter la durée de vie en bonne santé. Sélectionnées de manière empirique depuis des siècles ou apparues récemment à grand renfort de recherches fondamentales (épigénétique, neuroscience, immunologie…), d’études interventionnelles (essais cliniques…) et d’innovations technologiques et mathématiques, leur usage s’amplifie dans le monde, leur modalité de pratique se diversifie. Les INM constituent un vaste domaine qui se distingue des traitements biomédicaux autorisés, des messages généraux de santé publique, des médecines alternatives et des activités socioculturelles. Ces interventions ciblées et fondées sur la science font partie intégrante de la Stratégie nationale de santé 2018-2020. Elles sont encouragées par la Haute Autorité de Santé depuis 2011 et différents plans nationaux (Plan Maladies Neurodégénératives 2014-2019), européens (e.g., article 168 sur la Santé Publique du traité sur le fonctionnement de l’Union européenne) et internationaux (Stratégie OMS 2014-2023).

 

La Plateforme CEPS


La Plateforme universitaire Collaborative d’Évaluation des programmes de Prévention santé et des Soins de support (Plateforme CEPS) contribue au développement de la recherche sur les INM. Elle fonctionne sur un mode collaboratif et ouvert. Elle a été créée par Grégory Ninot en 2011. Elle est rattachée à la Maison des Sciences de l’Homme Sud de Montpellier depuis janvier 2021.

 

Les interventions non médicamenteuses (INM)


La Plateforme CEPS a établi en 2020 une définition de ces pratiques non invasives qui les différencient des médecines alternatives en les fondant résolument sur la science et la démarche qualité. Une INM est « une intervention psychologique, corporelle, nutritionnelle, numérique ou élémentaire sur une personne visant à prévenir, soigner ou guérir. Elle est personnalisée et intégrée dans son parcours de vie. Elle se matérialise sous la forme d’un protocole. Elle mobilise des mécanismes biopsychosociaux connus ou hypothétiques. Elle a fait l’objet d’au moins une étude interventionnelle publiée menée selon une méthodologie reconnue ayant évalué ses bénéfices et risques ». La classification de la Plateforme CEPS distingue 20 sous-catégories d’INM réparties en 5 catégories.

 Classification INM CEPS 2020

Figure 1 : Classification des INM (Plateforme CEPS, 2020)

 

Objectifs


La Plateforme CEPS encourage la recherche pluridisciplinaire sur les INM compte tenu de leur spécificité. La science a fait des INM un arsenal de solutions préventives et thérapeutiques au sein d’une santé conçue au 21ième siècle comme personnalisée, compréhensive et intégrative. Elles constituent désormais un véritable écosystème en cours de consolidation socioéconomique et juridique (www.appel-de-montpellier.fr).

 

Fonctionnement


La Plateforme CEPS :

  • développe des outils de science ouverte facilitant la recherche dans les INM,
  • ne mène pas d’étude (elle n’est pas une unité de recherche),
  • s’appuie sur des ressources universitaires (humaines, matérielles), académiques (appels d’offre R&D) et privées (dons),
  • implique des chercheurs, des praticiens, des usagers et des décideurs intéressés par l’évaluation des INM,
  • est ouverte (toute discipline scientifique, tout statut, tout âge, tout pays),
  • fonctionne sur un mode collaboratif, volontaire (partage, transparence, méthode de projet…) et convivial,
  • respecte la liberté d’expression et d’implication de chacun,
  • travaille dans le cadre règlementaire français et européen avec une vocation de diffusion internationale,
  • respecte les principes éthiques et déontologiques européens en matière de santé,
  • s’intègre dans l’écosystème des INM.

 Activites PlateformeCEPS

Figure 2 : Objectifs et activités de la Plateforme universitaire collaborative CEPS

 

Solutions accessibles sur Internet


Depuis 2011, congrès scientifique international annuel sur les INM, iCEPS Conference : www.icepsconference.fr

Depuis 2017, méta-moteur de recherche des études cliniques sur les INM : www.motrial.fr

Depuis 2018, annuaire des chercheurs et des institutions évaluant les INM : www.niri.fr

Depuis 2019, bibliothèque ouverte des travaux académiques sur les INM : www.nishare.fr

Depuis 2019, inventaire des études interventionnelles sur les INM en prévention et soin de cancers : www.inmcancer.fr

Depuis 2020, colloque régional sur les bonnes pratiques professionnelles en INM : www.iceps-satellite.fr

Depuis 2020, système de recensement des études interventionnelles évaluant des INM pour bien-vieillir : www.bienvieillirinm.fr

Depuis 2021, replay des conférences données lors des iCEPS Conference et iCEPS Satellite : www.icepstv.fr

Depuis 2021, base ouverte de témoignages de l’expérience vécue des « médecines douces » destinée à la recherche : www.experienceinm.fr


Partenaires


Europe, État français, Ministère des Solidarités et de la Santé, Région Occitanie, Métropole de Montpellier, INSERM, Institut National du Cancer, Ligue Nationale contre le Cancer, CARSAT Languedoc-Roussillon, Agence Régionale de Santé Occitanie, SIRIC Montpellier Cancer, CHU de Montpellier, CHU de Nîmes, Institut du Cancer de Montpellier, Maison des Sciences de l’Homme Sud, Université de Montpellier, Université Paul Valery Montpellier 3, MUSE, UFR STAPS Montpellier, Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes, Département de Médecine Générale de la Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes, Institut Desbrest d’Épidémiologie et de Santé Publique

 

Collaborateurs 


En janvier 2021, la Plateforme CEPS rassemble 155 collaborateurs actifs de 13 pays différents (Algérie, Belgique, Brésil, Canada, France, Maroc, Panama, Paraguay, Russie, Suisse, Turquie, USA, Vietnam).

Direction
Jérôme Maitre, Directeur Administratif, Université Paul Valery Montpellier 3
Grégory Ninot, Directeur, Université de Montpellier

Contact
jerome [DOT] maitre [AT] univ-montp3 [DOT] fr

 

Pour aller plus loin


Académie Nationale de Médecine (2013). Thérapies complémentaires - acupuncture, hypnose, ostéopathie, tai-chi - leur place parmi les ressources de soins. Paris: Académie Nationale de Médecine.
Boutron, I., Moher, D., Altman, D. G., Schulz, K. F., Ravaud, P. (2008). Extending the CONSORT statement to randomized trials of nonpharmacologic treatment: explanation and elaboration. Annals of Internal Medicine, 148, 295-309.
Boutron, I., Ravaud, P., Moher, D. (2012). Randomized clinical trials of non pharmacological treatments. Bacon Raton: CRC Press Taylor and Francis.
Ernst, E. (2009). Ethics of complementary medicine: practical issues. British Journal of General Practice, 59(564), 517-569. doi: 10.3399/bjgp09X453404
Ernst, E., & Smith, K. (2018). More harm than good? The moral maze of complementary and alternative medicine. Cham : Springer.
Falissard, B. (2016). Les “médecines complémentaires” à l’épreuve de la science. Recherche et Santé, 146, 6-7.
Haute Autorité de Santé (2011). Développement de la prescription de thérapeutiques non médicamenteuses validées. Paris: HAS.
Hoffmann, T. C., Erueti, C., Glasziou, P.P. (2013). Poor description of non-pharmacological interventions: analysis of consecutive sample of randomised trials. British Medical Journal, 347, f3755.
Ninot, G. (2013). Démontrer l’efficacité des interventions non médicamenteuses : Question de points de vue. Montpellier : Presses Universitaires de la Méditerranée.
Ninot, G. (2019). Guide professionnel des interventions non médicamenteuses (INM). Paris: Dunod.
Ninot, G. (2020). Non-Pharmacological Interventions: An Essential Answer to Current Demographic, Health, and Environmental Transitions. Cham: Springer Nature.
OMS (2013). WHO traditional medicine Strategy: 2014-2023. Geneva: WHO.
OMS (2019). WHO global report on traditional and complementary medicine 2019. Geneva: WHO.
Rakel, D. (2018). Integrative medicine (Fourth Edition). Philadelphia: Elsevier.
Schwartz, D. (1986). Peut-on évaluer les médecines douces ? Sciences Sociales et Santé, 4(2), 75-88.
Sénat (2013). Rapport 480 au nom de la commission d’enquête sur l’influence des mouvements à caractère sectaire dans le domaine de la santé. Paris: Sénat.
Wieland, S.L., Manheimer, E., Berman, B.M. (2011). Development and classification of an operational definition of complementary and alternative medicine for the Cochrane Collaboration, Alternative Therapy and Health Medicine, 17(2), 50-59.